Les décideurs doivent en effet aussi entendre la voix des "captifs de l'automobile", ces banlieusards qui n'ont pas le choix, et doivent prendre leur voiture tous les jours pour aller travailler.